MON VOEUX

27 novembre 2018

REVIENS À MOI BABY

revien a voir

Ma tête soutenue par les paumes desséchées de mes mains, le regard baissé vers la terre, seule l’image de ton départ trouble mon existence.

Tu étais mon soleil du matin, la lune de mes nuits, tu étais simplement ma bien-aimée.  Je n’ai rien compris. Rien compris, car j’étais sûr d’une chose : être avec  toi pour l’éternité.

Je me rappelle encore de ce premier baiser que tu m’as donné d

 

urant notre marche nocturne.  Je t’avais observé profondément et souri.  Tout est allé si vite que je n’ai rien vu venir et, aujourd’hui, je suis loin de toi.

Il est vrai que je consacrais beaucoup de temps à mes études, mais, c’était dans l’idée de t’offrir le monde à la sueur de mon front.

Ni mes moyens miséreux, ni mon âge d’adolescent ne m’empêchaient de t’offrir quelques fruits et des baisers d’amour tous les soirs.

Aujourd’hui, je fais la cour à toutes les filles car pressé et stressé de combler ce vide que ton départ a créé dans mon équilibre spirituel et physique.  Je n’ai pas encore trouvé ta remplaçante et j’ai peur qu’il en soit ainsi jusqu’à ma mort.

J’étais tous les soirs dans ton quartier pour te voir sortir de chez toi afin de pouvoir dormir à la pleine lune.

Je t’aime au-delà des règles du jeu de la vie.  Dans le temps, après notre séparation, je t’ai proposé mon amitié comme  calmant aux souffrances qui me rongent dans ma solitude.

J’ai péché dans l’ignorance, péché pour t’avoir laissée rejoindre un homme pour qui tu ne ressentais rien. Je vivais notre futur fortuné dans mes rêves et décomptais le temps afin de le vivre maintenant, mais le présent t’a enlevé à moi bien avant que mes rêves se réalisent.

Aujourd’hui, chérie, je porte une barbe, j’ai mûri en pensée, j’ai passé l’étape de l’adolescence pour devenir un vrai homme.

La sagesse de l’amour, je l’ai, et la sincérité du cœur, je l’ai intégrée en moi.  C’est pourquoi, la main tendue vers la tienne, le regard levé vers tes yeux; laisse mon cœur te demander de revenir à la maison.

Je veux te voir à nouveau à mes côtés,  me réveiller tous les matins dans la chaleur de tes bras, savourer le goût de tes lèvres, respecter ta valeur et te protéger au péril de ma vie.

¨ Reviens à moi. Reviens mon amour,

Reviens mon amour, je t’aime toujours !

Posté par AMOS afrique à 20:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2014

regarde

 

 

j'ai oublier de te dire que tu es très belle , et a vrai dire ta beauté est exceptionnel juste qu'elle se mute a chaque sourire de tes lèvres raffiner au gout du miel ; tu es une femme spéciale ; tu n'a rien a envier aux autres , tu es aussi célèbre que Michael jackson en amour , tu es bien-heureux comme la vierge marie, tu est simple comme toute les femme de ma ferme. tu es belle comme la beauté de mes pensés, et rayonnante comme les belles yeux de tes filles. 

Posté par AMOS afrique à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2013

Au sommet de ses reves

Touche du doigt le futur ; juste viste ce lien: http://www.youtube.com/watch?v=cgC38TAaeHk

Posté par AMOS afrique à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2013

ELLE

ON  PARLE  TOUS  D’ELLE

Dédicace a toi  Surya Ange

 

     Tu es ange de douceur, et le parfum de tes lèvres  nourir les miens, tu as la nature de  la reine de mes rêves, tu es à l'image de l'inqualifiables, non parce que je suis pauvre en expression, mais justes qu’ils n’existent pas, et si je devrais combiner les nombreux verbes et définitions,  à ma connaissance, ils ne peuvent étaler litanie de ta beauté royale.

Ma reine j'ai mon cœur ouvert à tes rêves, et mes mains de serviteur  à faires voir  à tes yeux jumelle de pleine lune; les merveilles de ta penser. Même si la distance me rend toujours esclave  d’un amour imaginaire. Je meurs de désire  de t’avoir à mes cotés, mon cœur me cesse de rende visite  au tien. Pause ta main sur ta poitrine, et écoute-les, entraines de s’amouracher. N’est pas magnifique princesse ?

Je ne serai dire tous ses multitude de fois ou je t’ais imaginer nue dans mes bras, et qu’on s’y donnait au plaisir de la vie. J’ai fait de toi la reine de mes penses et mon cœur; son âme sœur.

Je t’aime comme tu es, je t’aime en dépit de notre distance. Je meurs de désire de t’avoir a mes cotes.

Ton roi

 

Posté par AMOS afrique à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2013

mon livre

 

 

Rien de sauvage en moi, sauf mes pensées agressives,

L'amour est la compagne de mes lèvres qui ne cesse d'élever la femme au siècle du plaisir sexuel.

Ne cherche pas trop loin,  je suis l'avenir

Je t'invite a me découvrir.

 Bonne visite.

                                                                                                                            AMOS

Posté par AMOS afrique à 16:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

le suicide

Le suicide

 

Enfant de rue, sans raison de vivre,  sujet de pitié pour les bougeoirs, je  dois condamner à nouveau mes parents qui m’ont  données la  vie au milieu de ce désert.  Je n’ai que mon imagination pour envier les enfants de mon âges dans leurs berceaux et souriants à la vie. Quand je pense que d’autres nations sourissent juste à cause de leurs races, je déchire de rage la peau que j’ai ;  la peau  de l’Afrique.

 Je suis conscient de ce que mes parents  me souhaite mais j’ai  peur de mourir d’ici là, je n’ai plus de forces  pour entamer à nouveau la course  des survivants de la guerre éternelle.

J’’ai Peur de vivre et  rencontrer  pire. La mort en vaut mieux que cette nation au goût du feu.

                                                                   

                                                                              AMOS

Posté par AMOS afrique à 15:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 juin 2013

free scenario "promote my works''


STORY: OUR LAST LOVE

AUTHOR Oscar AMADJI

 

  I usually wake in his arms gave me the maximum heat against the cold night. But now I find myself alone in bed in the morning, it is true that I was a bit surprised but once I immersed myself in my thought and I saw again the sweet caresses intense that I asked him about his body.
Our lips exchanged cockpit and our sexual organs stood his hands to walk a few hours in the seventh century. I recalled the image she left sweats fell on my body, I expect again and again, always, her screams of pleasure complainant both my aggressiveness, his cries that gave me more tone and was bringing me to penetrated there anymore.
I was in a utopian cry when I heard my cell phone rang. Hello, yes hello lady, if I want something? No thank you, I think that little to go against but I want to send pink sweetheart with the following note: I loved tonight and want to evening, I love you more when you're naked. I said to the lady at the agency.
I gave myself more fun to watch my lips injured when I heard again the cries of a known noise. I was not too concerned because of course to go every morning rescuers were making their rounds and fro.
I sat on the couch to monitor the information or I live outside the TV screen Jeannette lifeless corpse of the Brownie. to follow

AUTHOR Oscar AMADJI

 e mail: amadjioscar@hotmail.fr

 

Posté par AMOS afrique à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

scenario gratuit " promo de mes oeuvres ''

 

NOTRE DERNIER  AMOUR DE AMADJI Oscar

 

Je me réveil d’habitude dans ses bras  qui me donnait le maximum  de chaleur pour lutter contre  le froid  nocturne. Mais Aujourd’hui je me suis retrouver seul dans le lit au réveil, c’est vrai que j’étais un peu étonné mais aussitôt je me plongeai  dans mes pensé ou je revoyais les douces caresses  intense que je lui posais sur son corps.

Nos lèvres s’échangeaient  d’habitacle et  nos organes sexuels se tenaient mains pour cheminer ses quelques heures au septième siècle. Je revoyais l’image des sueurs qu’elle laissait tombé  sur mon corps ; j’attendais encore et encore,  toujours ;  ses crie de plaisir plaignant à la fois de mon agressivité ; ses cries qui me donnaient  plus de tonus  et m’emmenais  à plus là pénétré. 

J’étais dans l’utopique quand d’un crie, j’entendis mon portable sonné. Allo, oui bonjour madame, si je désire quelque chose ? Non merci, je crois que ça peu aller mais par contre  je désire  envoyer des rose a ma chérie  avec  la note suivante : j’ai aimé ce soir et en veux se soir ; Je t’aime plus quand tu es nue. Répondis-je à la dame de l’agence.

Je me donnais plus de plaisir à regarder mes lèvres lésé  quand j’entendis à nouveau le crie d’un bruit connu. Je n’étais pas trop préoccuper  a-y voir car naturellement chaque matin les secouristes fessaient  leurs tours  de  va et vient. 

Je me suis assise sur  le canapé pour suivre les informations ou je vie devant l’écran téléviseur Jeannette sans vie, le cadavre de jeannette. A SUIVRE

 AUTEUR AMADJI OSCAR

E MAIL : amadjioscar@hotmail.fr

Posté par AMOS afrique à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]